Il n’est pas nécessaire d’observer tout le monde si tout le monde croit être observé.
(Le Voyageur)

Environ à chaque décennie, l’American Psychiatric Association publie une mise à jour du « The Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders » (DSM) ce document est la liste officielle pour la classification des troubles mentaux. La prochaine fois que le comité pour la publication se réunira, je voudrais pouvoir me présenter et poser une question : « Peux-tu être surnommé paranoïaque si ton gouvernement et des centaines de sociétés t’observent ? » Dans le passé, nous pouvions changer notre apparence et notre nom, déménager en banlieue ou nous cacher dans une ville surpeuplée. Mais ces stratégies traditionnelles de dissimulation ne fonctionnent plus. En utilisant des moyens de communication électroniques sous quelques formes que ce soit, nous devenons des éléments de données qui traversent les limites d’un réseau invisible.

Le philosophe Michael P. Lynch a exploré l’impact de la surveillance sur notre processus de pensée dans un essai intitulé « Privacy and the Threat to the Self ». Une vision philosophique traditionnelle est que nos pensées nous appartiennent parce que nous sommes les seuls à pouvoir y accéder. Mais lorsqu’un système de surveillance commence à déduire nos pensées à partir d’une grande base de données basée sur nos actions antérieures, la relation entre l’observateur et l’observé crée une relation très inégale. Le professeur Lynch déclare :

Notre relation serait tellement déséquilibrée qu’elle pourrait cesser, tout au moins pour moi, tout ce qui est subjectif à votre propos. Au fur et à mesure que j’apprendrais vos réactions à chaque stimulus, c’est-à-dire pourquoi vous faites ce que vous faites, vous deviendriez simplement un autre objet à manipuler….

Lynch soutient que ce processus est employé dans le monde entier dans chaque prison et camp de détention et que c’est une tactique efficace dans les interrogatoires. J’ai observé cette technique de démoralisation psychologique c’est-à-dire la perte d’espoir et de confiance qui se produit lorsque quelqu’un est convaincu que les autorités connaissent tous ses secrets. Lorsque j’étais dans la vingtaine, j’ai travaillé à temps partiel pour une étude impliquant le service de police de la ville de New York. Au bout de quelques mois, je suis devenu ami avec les policiers de mon quartier et j’ai pu regarder à travers le miroir bidirectionnel pendant des interrogatoires. J’ai rarement été témoin d’intimidation physique de suspects. Jusqu’à maintenant, la principale stratégie d’interrogation était de convaincre le suspect que nous savions déjà tout à son propos et qu’il valait mieux tout avouer. Si cette technique est faite habilement, vous pouvez percevoir l’effondrement une représentation physique de l’affirmation du professeur Lynch selon laquelle notre concept psychologique d’intimité et notre notion d’identité individuelle sont profondément liés.

En outre, il existe une variété d’études qui ont dévoilé que le comportement des gens change lorsqu’ils savent qu’ils sont surveillés. À l’école, notre comportement se modifie lorsque le professeur est présent. Dans les années 1950, le chercheur Henry Landsberger a formulé le terme « l’effet Hawthorne » lors de l’analyse d’expériences antérieures sur des travailleurs de Hawthorne Works, une usine située à l’extérieur de Chicago. Les vérificateurs ont provoqué une série de changements du lieu de travail et tous ont eu un effet sur la productivité à court terme. L’opinion de Landsberger était que les divers changements n’étaient pas aussi substantiels que le fait que les travailleurs savaient qu’ils étaient observés.

Donc, nous agissons différemment si quelqu’un nous observe, mais une étude à l’Université de Newcastle a montré que la présence de l’observateur n’est pas nécessaire. Dans la salle à manger de la faculté, il y avait un panneau qui rappelait aux gens de payer leur thé et leur café. La une bannière sur le panneau : la première semaine la bannière arborait des fleurs, la suivante, les buveurs de café ont été confrontés à une paire d’yeux. Subséquemment, les gens ont payé près de trois fois plus dans la boîte à contribution lorsque les yeux ont été affichés au mur. Il est important de noter que le schéma de la pièce permettait aux tricheurs de ne pas être repérés. Donc, c’était la notion d’être observé qui a changé le comportement des gens….

Il n’y a rien de faible ou de faux relié à notre réaction lorsque nous sommes observés. Cela est basé sur notre envie innée de coopérer les uns avec les autres. Michael Tomasello, codirecteur de l’Institut Max-Planck d’anthropologie évolutionniste à Leipzig, a consacré sa vie à mener des expériences qui mettent en contraste les différents comportements des humains et des grands singes. La conclusion de Tomasello est que notre besoin de coopération est la force motrice de la langue et de la culture humaines. Cette impulsion de coopération est programmée dans notre cerveau, et ce dès la petite enfance. Lors d’une expérience, un adulte aide un enfant à presque atteindre un jouet inaccessible. Lorsque l’adulte cesse d’aider, l’enfant essaie de convaincre ce même coéquipier de recommencer (les chimpanzés ont ignoré le coéquipier et se sont concentrés sur l’obtention du but).

Les yeux affichés au mur de la salle à manger ne sont pas qu’un avertissement symbolique. Ils sont un rappel visuel que d’autres personnes existent et que nous devrions modifier notre comportement pour atteindre un objectif commun. En réalisant le pouvoir de notre volonté à coopérer nous pouvons comprendre pourquoi les citoyens de la dystopie d’Orwell veulent vraiment faire plaisir à « Big Brother ».

Extrait de « Contre L’Autorité: La liberté et la montée des États de surveillance » avec autorisation de l’auteur.

John Twelve Hawks (pseudonyme) est l’auteur du roman dystopique de 2005 The Traveler, The Dark River et The Golden City. La trilogie a été traduite en 25 langues et a vendu plus de 1,5 million de livres. Ce succès a été suivi d’un quatrième livre, Spark, et d’un livre électronique non romanesque, Against Authority. Sa véritable identité est inconnue. Visitez son site ici.

 

 

 

5 2 votes
Évaluation de l'article