De nos jours, la plupart des logiciels doivent arborer la mention « Intelligence Artificielle » pour paraître crédible aux yeux du fanatique d’ordinateur.

De plus en plus, on nous fait croire que les machines sont devenues intelligentes, grâce aux fabuleux algorithmes qui leur donnent du « peps » et leur permettent de réaliser « en mieux » tout ce que l’être humain sait faire.

Eh oui, pauvres êtres humains que nous sommes : nous ne sommes plus capables de quoi que ce soit d’extraordinaire ! Nous sommes dépassés par les machines, de plus en plus de scientifiques l’affirment. Il est vrai que lorsque nous voyons l’humain d’aujourd’hui, terrifié par un virus has been, portant constamment un masque (alors que tous les spécialistes ont affirmé que c’est inutile !), se traînant lamentablement en attendant la mort ou l’arrivée du « vaccin-sauveur » ! Il y a de quoi se demander si l’être humain est vraiment intelligent ou s’il a décidé de revendre son intelligence aux machines !

Bon, revenons à nos moutons…

Nous avons lu que des scientifiques se demandent ce qu’est l’intelligence !

Il est vrai que plutôt que d’annoncer partout qu’ils ont créé des logiciels et des algorithmes carburant à l’Intelligence Artificielle, il aurait été bien de se demander AVANT ce qu’est l’intelligence.

Nous avons déjà expliqué dans un précédent article qu’il était impossible qu’une machine (un ordinateur) puisse un jour penser, puisqu’elle ne dispose pas d’un corps mental. D’ailleurs tous les scientifiques sont d’accord pour dire que leurs machines n’ont pas d’émotions ! Or, les pensées sont plus subtiles encore que les émotions. Donc, si leurs machines sont incapables d’avoir des émotions, elles ne peuvent encore moins faire preuve d’intelligence grâce à la construction de pensées.

Nous savons tous que l’intelligence est la faculté de connaître ou de comprendre.

D’après Le Petit Robert, c’est « L’ensemble des fonctions mentales ayant pour objet la connaissance conceptuelle et rationnelle. »

Notons l’aspect mental indiqué dans cette phrase, puisque justement l’intelligence est une fonction du corps mental. En effet, l’être humain est constitué de quatre corps : physique (le seul visible), éthérique ou énergétique, astral ou psychique, et mental ou de la connaissance.

Le corps mental ou de la connaissance est le plus jeune dans l’évolution de l’être humain, ce qui peut expliquer pourquoi il est souvent plus facile à l’humain d’exprimer des émotions plutôt que des pensées. Malheureusement, nous avons vu en 2020 à quel point il suffit de peu de chose pour que l’être humain nous montre qu’il ne pense pas par lui-même, et qu’il se laisse penser par les médias de masse, et par celui qui crie le plus fort ou qui ment le mieux ! C’est d’autant plus malheureux que l’auteur de ces lignes peut vous assurer que l’être humain de notre temps dispose de toutes les facultés cognitives suffisantes lui permettant de penser par lui-même.

Mais, justement, la première faculté de l’intelligence est certainement d’accepter de faire l’effort de penser par soi-même, plutôt que de choisir la facilité de laisser les autres penser à sa place. Triste condition que celle d’un tel humain dont les facultés cognitives diminuent puisqu’il ne les utilise pas (la pensée, tout comme les muscles, se travaille !). Et l’étape suivante est de perdre une part de son humanité, car la pensée est ce qui différencie l’homme de l’animal !

« Bas les masques et mettez-vous à penser ! », pourrions-nous leur crier… avec amour !

Qu’est-ce que l’intelligence ?

Étymologiquement, le mot intelligence vient de recueillir, car c’est une faculté mentale permettant de recueillir des informations par l’intermédiaire des sens, qui sont analysées par notre pensée et ses capacités, comme le discernement, le jugement sain, le fait de tirer des leçons de ses expériences ou de se poser de bonnes questions, la compréhension des concepts, etc. C’est aussi la capacité d’accéder à la connaissance, grâce à la pensée, la réflexion, le questionnement, la méditation.

En résumé, si nous ne disposons pas de corps mental (corps de l’esprit humain), nous ne pouvons pas penser, et nous ne pouvons donc aucunement développer une quelconque forme d’intelligence. C’est le cas des animaux et des machines (ordinateurs).

Si nous ne pensons pas par nous-mêmes, nous contentant d’avaler la « soupe populaire » vendue par les médias de masse, alors notre intelligence diminue et nous devenons idiots.

Quant à l’Intelligence Artificielle, c’est quelque chose qui imite ou singe l’intelligence humaine. D’ailleurs le mot artificiel signifie faux ou erroné.

Toujours dans le Petit Robert, nous trouvons pour définir Intelligence Artificielle : « Partie de l’informatique qui a pour but la simulation de facultés cognitives afin de suppléer l’être humain » ; or, le mot simuler signifie dissimuler, ruser, feindre.

Finalement, un logiciel disposant de l’Intelligence Artificielle travaille sur une base de connaissances ou de données, qui, par sa programmation complexe, simule ou imite les raisonnements d’un être humain qualifié pour la recherche en question.

En réalité, grâce à la mise en place d’algorithmes complexes, c’est la programmation qui a progressé ces dernières années. Aujourd’hui, il est possible de développer des méthodes d’apprentissage, des jeux, la reconnaissance des formes et de la parole, ou la mise en forme de musique élaborée, etc.

Tout cela singe l’être humain, mais ce n’est nullement intelligent ni même créatif. La créativité, la vraie, est issue de l’intelligence humaine. Une machine ne peut que l’imiter ou la copier.

La machine fait semblant d’être comme l’être humain, mais il n’en est rien. Il suffit de creuser un peu pour s’en rendre compte.

L’intelligence n’a rien à voir avec les capacités de programmation d’un informaticien (c’est lui qui est intelligent et non la machine qu’il a programmée !), ni avec sa vitesse d’exécution. La preuve d’intelligence se retrouve chez un individu qui sait trouver son juste rythme pour effectuer les tâches qui lui sont proposées. S’il veut faire une course de vitesse, il sortira de son rythme et se trompera. Ce ne sera pas une preuve d’intelligence, mais plutôt de bêtise.

Sachons reconnaître l’intelligence de l’être humain créateur, mais ne devenons pas fanatiques des machines qui ont été crées par l’homme. C’est une forme de dénigrement insidieux qui pousse l’individu à ne plus penser par lui-même.

Pierre Lassalle

N.B. : Pour tout savoir sur le fonctionnement de l’être humain, consultez l’ouvrage de l’auteur Les Mystères de la Nature Humaine (Terre de Lumière).

5 10 votes
Évaluation de l'article